Les poids à peser l’or, poids Baoulé ou poids Akan* constituent un phénomène unique en Afrique.

Ces figurines  étaient utilisées du XIIIème jusqu’à la fin du XIXème siècle dans les échanges commerciaux pour peser l’or. En Côte d’Ivoire ils sont plus connus sous le nom de Poids Baoulé, éponyme du sous-groupe Akan qui les produit le plus. Un poids Akan représentait la valeur d’une certaine quantité de poudre d’or avec laquelle était effectué un paiement et le poids devenait alors le prix de ce qui était dû.

Comment ils se présentent

Les poids sont présentés sous différentes formes géométriques :circulaires, semi-circulaires, triangulaires. Chaque poids est un symbole, susceptible d’une lecture à plusieurs niveaux. Souvent abstraits, ces symboles représentent des objets, des proverbes, des éléments narratifs liés à un enseignement moral et religieux que seuls les initiés peuvent déchiffrer mais aussi des textes profanes. Certains poids constituaient une proto-écriture de 254 signes pictographique que Paulme-Scherffner, Gabus, Niangoran-Bouah et de nombreux autres historiens ont décrit et classé.
Chez les Akans, l’or a un caractère sacré, il est un signe de prospérité, de prestige et de pouvoir pour celui qui le possède. C’est un héritage transmis de génération en génération. C’est pourquoi les poids font partis des principaux éléments représentatifs du peuple Akan.

Où sont les poids Baoulé aujourd’hui ?

femme akan, zouzoukwa par O'Plérou GrebetOn les retrouve principalement lors des grandes cérémonies traditionnelles. Ils sont portés par les hommes et les femmes sous formes de lourdes parures mais aussi comme ornement de coiffure, de chapeaux traditionnels et de vêtements.

Depuis quelques années, les poids Akan ont fait leur entrée dans la confection de certains accessoires modernes en leur donnant un caractère unique et une touche d’africanité.

 

#Zouzoukwa N°39: Poids Baoulé [Baoulé weight]

A post shared by O'Plérou (@creativorian) on


*: Le terme Akan désigne un groupe ethnique du Ghana, de la Côte d’Ivoire et du Togo.

Passionnée de la mode africaine et du digital. C’est fou ce qu’on peut faire un un clic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *